descriptif de la certification opec

La Fédération Ecoconstruire est une fédération qui regroupe, au plan national, 15 organismes de formation professionnelle à l’éco-construction. Sa vocation est, notamment, de développer des formations longues qualifiantes et certifiantes. A ce titre, elle a élaboré une formation de niveau 3 reconnue par l'arrêté du 23 février 2017 publié au Journal Officiel du 3 mars 2017 portant enregistrement au répertoire national des certifications professionnelles de la formation intitulée OUVRIER-ERE PROFESSIONNEL-LE EN ECOCONSTRUCTION. Ce titre est en cours de renouvellement auprès de France compétences.

 

Niveau

Niveau CAP, BEP

Niveau européen 3 : Savoirs couvrant des faits, principes, concepts généraux


objectif et contexte

La certification d’Ouvrier Professionnel en Éco Construction permet aux entreprises d'avoir sur leurs chantiers du personnel qualifié capable d'exécuter des travaux de construction ou de rénovation d'habitat individuel ou de petit collectif en intervenant plus particulièrement sur les propriétés thermiques du bâtiment et en intégrant la notion de sobriété énergétique et de bilan carbone. Ce personnel sait mettre en œuvre des matériaux en adéquation avec les exigences du développement durable.     

Ces compétences, à la conjonction des métiers de maçon et de charpentier, répondent aux besoins économiques des entreprises du bâtiment devant mettre en œuvre et anticiper de manière efficace les exigences de la réglementation thermique en constante évolution ainsi que les enjeux de la transition énergétique dans un contexte prégnant de préservation de l'environnement et de développement de l'économie circulaire.    

Il permet également de participer à l'effort de réduction de l'impact de l'activité de construction en termes de consommation d'énergie de réduction des gaz à effet de serre et des déchets et polluants demandé à l'ensemble des entreprises du bâtiment.   

Les compétences développées dans le cadre de cette certification répondent aux besoins des chantiers en éco construction. A l'origine, le marché s'est créé sur la rénovation thermique et les maisons individuelles, pour une clientèle de particuliers demandeuse d’isolants plus sains, d'une parfaite innocuité en cas d'incendie, et efficaces en matière de coefficient d’isolation, de finitions qui apportent une plus-value esthétique et un confort thermique et hygrométrique (bois, terre, chaux, plâtre). Aujourd'hui, la demande s'étend aux collectivités qui mettent en œuvre des équipements publics (écoles, gymnases…) répondant à ces exigences, et récemment à l'immobilier d'entreprise (bureaux en pisé, locaux de production ou de stockage en paille en terre ou en pierre).

Ce cahier des charges exigeant nécessite une collaboration étroite des différents corps de métiers, au point qu'il devient plus difficile de les séparer. C'est l'ancienne entreprise générale de bâtiment qui est revigorée par cette nouvelle demande.   

Par ailleurs, le fonctionnement des entreprises familiales de la fin du 20ème siècle évolue vers un partage plus institutionnalisé des responsabilités. Pour cela la nécessité, pour l'équipe de chantier, d'avoir une vision plus globale de la construction et de pouvoir anticiper les contraintes des différentes techniques (ossatures, isolation et mortiers) est devenue nécessaire. Le chef d’entreprise étant de moins en moins présent sur place.   Ces entreprises, d'une taille pouvant varier de 1 à 20 salariés, utilisent des matériaux biosourcés dans la mise en œuvre d'une large gamme d'activités nécessitant une bonne coordination entre la structure du bâtiment, le remplissage des ossatures et l'isolation, l'aménagement et les finitions intérieurs et extérieurs. Elles sont souvent en pointe dans l'utilisation de ressources naturelles locales.

Pour répondre à ces évolutions, la certification est conçue sur trois axes   

1. Une polycompétence dans les activités qui mêlent gros-œuvre (fondations maçonnées, ossature bois) et second œuvre (dallages, enduits, isolation et étanchéité à l'air). 

2. L'utilisation de ressources renouvelables et peu transformées existant dans l'environnement proche des chantiers 

3. Une démarche éco responsable qui investit l'ensemble des activités de chantier : implantation, approvisionnement, organisation du poste de travail, mise en œuvre, gestion des déchets et réemploi.    

Elle s'organise autour de trois activités principales associées à des connaissances générales sur la construction durable en lien avec les enjeux climatiques et environnementaux. Son découpage en neuf blocs de compétences permet une individualisation des parcours.   Ces enjeux qui contribuent à l'attractivité du secteur attire de nombreux demandeurs d'emploi en quête de sens et de valeurs après un premier parcours souvent réussi dans une autre branche. Ils permettent de réorienter au sein de l’activité bâtiment des profils intéressants et fortement motivés pour les entreprises. Parmi ceux ayant déjà une expérience sérieuse dans ce domaine (30 %), la certification leur permet de créer leur propre activité, générant ainsi une dynamique favorable au développement du marché et à la création d’emploi qualifié. 



Activités visées

Ouvrier-ère Professionnelle en Éco-construction (OPEC) 

Ouvrier en écoconstruction, ouvrier du bâtiment qualifié en écoconstruction, maçon en écomatériaux, maçon en construction écologique, maçon piseur, enduiseur façadier, peintre en écoconstruction, isolateur membraniste en écoconstruction, monteur construction écologique bois, charpentier ecoconstructeur



compétences attestées

L’Ouvrier-ère Professionnel-le en Éco-construction exécute des travaux de construction d’habitat individuel ou de petit collectif, de locaux professionnels ou des bâtiments publics, en neuf et rénovation. 

Il/elle :   

· utilise préférentiellement des matériaux biosourcés et géosourcés disponibles localement pour la construction (bois, terre, pierre), l’isolation écologique (paille, chanvre, laine de bois, ouate de cellulose, etc.), les enduits intérieurs et extérieurs (terre, chaux, plâtre, etc.). 

· intervient en respectant les caractéristiques de l’existant et du site environnant. 

· est capable d’expliquer les atouts environnementaux des prestations qu’il est chargé d’exécuter en termes : - de confort, de qualités thermiques et phoniques, de santé - d’utilisation des ressources naturelles, de proximité et renouvelables - de consommation d’énergie sur le cycle de vie de l’ouvrage et de bilan carbone - de conditions d’usage, d’entretien et de bonne préservation des ouvrages réalisés. 

· implante et construit des ouvrages mixtes porteurs et isolants - en appliquant les principes de l’écoconstruction et du bioclimatisme - en respectant les règles professionnelles existantes dans ce domaine (Construire en chanvre : règles professionnelles d'exécution ; règles professionnelles de construction en paille : remplissage isolant et support d'enduits .  

· réalise une rénovation en respectant les caractéristiques et les contraintes du bâtiment existant.  

· est en capacité de conseiller les parties prenantes sur les choix des fondations · réalise des chapes, dalles et planchers isolants. · construit des structures ossature bois. 

· réalise une charpente simple. 

· réalise ou reprend une isolation intérieure et/ou extérieure, en respectant les règles de mise en œuvre d'une enveloppe performante du bâtiment (Praxibat parois opaque, Feebat renove) - étanche à l’air et perméable à la vapeur d’eau - avec des matériaux naturels ou biosourcés · réalise des parements intérieurs 

· réalise des enduits et badigeons intérieurs ou extérieurs - étanches à l’air et perméables à la vapeur d’eau - en respectant les règles professionnelles existantes dans ce domaine (Règles professionnelles d'enduits sur support terre crue) · réalise des bardages 

· contribue au maintien d’un chantier propre 

· travaille en sécurité en étant capable d'intervenir en cas d'accident (SST)     

Le poste d'Ouvrier-ère professionnel-le en écoconstruction requière un niveau d'autonomie important.  L’Ouvrier-ère professionnel-le en écoconstruction intervient le plus souvent sur des chantiers (neufs ou rénovation) à l’extérieur et à l’intérieur qui impliquent des déplacements.   

Il/elle est amené-e à travailler en hauteur et à manipuler des charges. Le port des équipements de protection individuelle est indispensable.   L’Ouvrier-ère Professionnel-le en éco-construction, sous la responsabilité d’un chef d’équipe, participe à la préparation du chantier et contribue à la bonne image de l’entreprise. 

Il/elle peut être en contact avec les clients. 

Il/elle comprend et applique les consignes générales concernant la réalisation des travaux conformément aux règles de l’art, de sécurité. 

Il/elle s’inscrit dans une logique de développement durable et de qualité de son travail. 

Il/elle travaille en bonne collaboration avec les autres corps de métiers (co-activité). 

Il/elle travaille seul ou en équipe et peut être appelé, en l'absence de responsable hiérarchique à prendre les décisions techniques appropriées aux problèmes rencontrés. 



modalités d'évaluation

Examen final pratique

Entretien technique 

Oral sur dossier